Le Vorarlberg

Le VorarlbergConstruire durable et contemporain: visites et rencontres dans le Vorarlberg. ARICIA a emmené depuis 2006 9 groupes dans ce länder autrichien, en faisant découvrir à chaque voyage de nouveaux bâtiments ou de nouveaux ensembles. Nous incluons généralement la visite du KUB (Zumthor) et d’autres lieux emblématiques (Festspielhaus, Nordwest Haus, …). Dernier voyage réalisé pour Beiler et François au printemps 2011.

Le Vorarlberg est le land le plus occidental et le plus petit de l’Autriche. Sa superficie est de 2 601 kilomètres carrés et sa population était de 354 260 habitants en 2002 (135hab/km2). Il est bordé à l’Ouest par la Suisse et le Liechtenstein, au Nord par l’Allemagne, au Sud par la Suisse et à l’Est par le land du Tyrol.

Ses principales villes sont :

  • Bregenz, 25 000 habitants environ, est la capitale politique et touristique de la région. Elle est en effet située sur le lac de Constance (Bodensee en allemand), lac bordé par l’Allemagne, la Suisse et bien sûr le Vorarlberg en Autriche.
  • Dornbirn, 43 000 habitants environ est souvent considérée comme la capitale économique et industrielle du Vorarlberg.
  • Feldkirch (Ville), 24 000 habitants environ
  • Bludenz, 13 000 habitants environ Les trois premières villes se situent sur la partie occidentale du Vorarlberg, le long de la vallée du Rhin et forment un espace urbain quasi continu qui s’étend du Nord Ouest (lac de Constance) au Sud Ouest de la région. Le reste du pays, à l’est de la vallée rhénane est montagneux et représente le début des Alpes autrichiennes

Quelques chiffres (extraits du carnet de voyage réalisé par le CAUE de Haute Savoie, téléchargeable sur http://www.caue74.fr)

Affectation du sol 32,9% forêts ; 29,9% alpes ; 17,9% surfaces d’exploitation agricole ; 1,6 % routes et installations ferroviaires ; 0,8% surface construite ; 2 % zones de constructions plantées ; 0,1% jardins et vignobles ; 2,6% eaux ; 12,2 % autres. Données économiques Personnes actives 174 900 ; immigrés 25 357 ; chômeurs 4,30% ; taux d’exportation 50,6% ; coût moyen du loyer par m2 6,5 euros ; coût net de la construction par m2 1816 euros ; surface d’habitation moyenne par personne 40m2 .

L’école du Vorarlberg : le Baukünstler (extraits de l’éditorial de Brigitte Libois dans la revue belge d’architecture A+ n° 172, oct. 2001) « …le Vorarlberg fait figure depuis le milieu des années nonante de chef de file d’un mouvement né dans le pays au début de la décennie. Il est particulièrement remarquable que ce mouvement soit issu de la volonté des architectes de refuser le fatalisme fréquent dans la profession pour prendre leur destin en main et créer un réseau d’échanges et d’informations, auquel ils parvinrent à intéresser des représentants des mondes culturel et politique, des membres de l’administration et des entreprises du secteur de la construction. Pourquoi cette initiative, souvent rêvée mais rarement couronnée de succès sous d’autres cieux, permit-elle ici la naissance d’une nouvelle culture du bâti ? Quelques éléments permettent de mieux comprendre. L’attitude des architectes, tout d’abord : l’architecture qu’ils pratiquent est une architecture du bon sens, acceptée par les autorités et la population parce qu’elle fait ses preuves au quotidien. S’ils affirment la part de l’art dans l’architecture, ils refusent de donner au « génie artistique » un rôle prépondérant dans leurs principes de conception et s’inspirent souvent des techniques du patrimoine vernaculaire. (…). D’autres part, l’Autriche est l’un des pays européens où le développement durable fait l’objet de beaucoup d’attention. En intégrant cette préoccupation à leur démarche, les architectes du Vorarlberg ont renforcé les lignes directrices d’une recherche de rigueur et d’économie ; l’écologie, au Vorarlberg, est un facteur d’affinement des volumes et de raffinement des détails plutôt qu’inspiratrice de formes organiques ou onoriques. Un paramètre important de la réussite de cette « nouvelle architecture » est certainement la confiance qui s’est établie entre les architectes et l’administration ; chaque projet est l’objet d’une analyse commune et d’un dialogue, non de l’application de règles générales inamovibles. (…) Ce véritable partenariat, cette volonté commune de qualité se retrouve aussi dans la réalisation : le soin apporté à l’exécution des travaux ne peut être que le fait d’entreprises responsables, conscientes de l’importance de leur tâche, et d’artisans fiers de leur savoir-faire. (…) ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s