Bordeaux

Métropole millionnaire … in progress !
Le Pont de Pierre, pont le plus central de la ville, fût le premier à relier les deux rives, en 1820. La Rive Droite (à l’Est de la Garonne) est composée de petits villages provinciaux, implantés au pied d’une ligne de coteaux qui, du Sud au Nord, marque un paysage par ailleurs plat. Ce n’est que depuis une dizaine d’années, avec la libération d’importantes zones militaires, portuaires et ferroviaires, que se développe de ce côté-ci du pont, de nouveaux quartiers urbains.
Le Pôle Universitaire de Science de Gestion, sur la Rive Droite.
Eve Mathieu de « arc en rêve ».
Bordeaux veut devenir une métropole millionnaire: arrêter la dispersion de l’habitat et accueillir à l’intérieur de la rocade (même taille que le périphérique parisien), un million d’habitants. « Les villes millionnaires », c’était d’ailleurs le thème de la 4ième biennale d’Agora, organisée en mai de cette année et imaginée par l’architecte Djamel Klouche.
Aujourd’hui déjà, de nombreux projets se dessinent, pour redonner à la ville sa vocation historique de charnière entre l’Europe du Nord (l’océan, les Iles Britanniques, les ports d’Anvers, de Rotterdam et de Hambourg) et le Sud (la Méditerranée et la péninsule ibérique). Le projet phare sera certainement « Eurantlantique », le futur centre d’affaires qui bordera la nouvelle gare TGV. Un quatrième pont (le pont Bacalan) sera érigé dès 2012 à hauteur des bassins à flots; une grande salle de spectacle (ARENA) surgira à Floriac, etc.
François Gontran, architecte des bâtiments de France, sur le parvis de la cathédrale.
Ce premier soir à Bordeaux, nous avons la plaisir de rencontrer l’architecte des Bâtiments de France, Mr Gontran, pour une présentation sur le patrimoine historique et sur sa fonction, qui, au delà de la protection des « vieilles pierres » (comme il dira avec une auto-dérision toute fine), s’apparente également à celle du bouwmeester (conseil et accompagnement des projets contemporains). Sans trop insister sur ce rôle, il fût une des chevilles ouvrières du classement de Bordeaux au Patrimoine de l’Unesco.
La majestueuse place de la Bourse, et son reflet dans le Miroir d’Eau.
Une maison dans la Cité Frujès (Le Corbusier)
Cyril Zozor, employé par le petit musée municipal de la Cité Frujès, est un homme passionné: il connaît la Cité dans tous ses détails, son histoire et son présent. Sa présentation est érudite et fascinante.
Le Corbusier avait conçu un quartier de maisons unifamiliales modernes destinées aux ouvriers d’un industriel éclairé, Mr Frujès. Dès la fin des travaux (1924), les choses ne se feront pas comme prévu et le quartier se transformera en « bidon ville », jusqu’au début des années 80. Lentement, les formes originales réapparaissent et la Cité devient -enfin- ce lieu de vie agréable rêvé par l’architecte et son commanditaire.
Le Bordeaux de 2010 doit certainement son attrait à son patrimoine historique, dont la richesse et la diversifié a été reconnue par l’Unesco. Mais deux projets phares, voulus et portés par Alain Jupé, l’ont définitivement fait basculer dans une ère nouvelle: le réaménagement des quais de la Rive Gauche et la mise en place du tramway. Sur dix ans -le maire a eu l’audace d’ouvrir un chantier sur tous les fronts-, ces deux interventions ont fondamentalement transformé le visage -et la vie- de la ville: le tramway a rapproché les quartiers périphériques du Centre et défini une identité commune; les quais ont rendu la Garonne à la ville et offert de merveilleux espaces publics aux bordelais.

Le tramway

A l’intérieur du périmètre historique, le tramway est propulsé par le sol. Aucun caténaire ne brouille le paysage! Olivier Brochet, de l’agence d’architecture Brochet-Lajus-Pueyo, auteur du projet, avait osé le pari: « un coup de bluff » nous racontera-t-il. « Nous étions toutefois convaincus que la technique suivrait ». Et il en fût ainsi, malgré des débuts laborieux (pannes répétées, mauvaise humeur populaire, etc.). Aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre et les urbanistes de toute la France envient cette ville au ciel libre.
Jardins sur les Quais des Douanes, à côté du Miroir d’eau.
L’aménagement des quais est le résultat du travail de Michel Corajoud, paysagiste. Sur toute la longueur -courbe- de la Garonne, de la gare Saint-Jean aux Bassins à Flôt, chaque quai présente une fonction et une identité propre: jardins, espaces réservés aux sports, terrasses, le Miroir d’Eau, entrepôts transformés en échoppes, etc. Les lieux sont amples; les mobiliers urbains soignés et discrets. L’autoroute urbaine est devenue un boulevard élégant, parcouru en site propre par le tramway. Enfin, les plantes et la végétation s’intègrent subtilement aux espaces et leur donnent un côté familial et chaleureux. Une approche du « vert » qu’on retrouve ailleurs, notamment dans le très beau jardin botanique et dans certains bâtiments.
Les installations du Jardin botanique, sur la Rive Droite.
Végétation sauvage domestiquée.
L’aménagement de l’espace publique et les développements immobiliers sur la Rive Droite font l’objet de la même attention de la part des services municipaux. L’approche est visiblement qualitative.
Au Nord du quartier Bastide, dont la place de Stalingrad constitue le centre, les friches sont encore nombreuses. Ces zones vont muer dans les années à venir, au fil des ZAC et autres programmes publics. Le pont Bacalan les sortira de leur isolement.
Nous avons pu visiter, en présence de Mathieu Immer, artiste, un lieu en voie de devenir emblématique: la caserne Niels, aujourd’hui abandonnée mais bientôt maison du très beau projet Darwin, à découvrir aussi sur le web.
La caserne Niels.
Patrimoine industriel remarquable (G. Eiffel)…
… et culture urbaine contemporaine.
A Bordeaux, on découvre aussi quelques joyaux d’architecture contemporaines.
Le Tribunal de Grande Instance par Richard Rogers, avec ses fameuses cuves/salles d’audience.
L’hôtel Saint-James, à Bouliac, par Jean Nouvel.
Le Saint-James.
Ilot Saint-Jean, réalisation de X.Leibar & J-M. Seigneurin.
Enfin, cerise sur notre gâteau, lieu secret et petite merveille: la Maison Lemoîne par Rem Koolhaas, rendue célèbre notamment par le film « Houselife » présenté lors d’une Biennale à Venise. Une histoire d’osmose entre un architecte génial et son client fortuné paraplégique, un chef d’oeuvre.
Voyage à Bordeaux réalisé par ARICIA pour et avec Sophie Le Clercq, Gaël Cruysmans et l’équipe deJCX.
Photos de Yaël Lloret, Emmanuel Poiret, Gaël Cruysmans, Lydie Amici et Sophie Le Clercq.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s